Mercredi 15 décembre 2010, 4h heure de DDU -  Après une courte nuit, quelques passagers font leur apparition à la passerelle de l'Astrolabe. Quelques heures avant nous avions laissé le bateau sur une mer en bonne partie jonchée de plaques de glaces à la dérive, parsemée de quelques immenses icebergs d'une cinquantaine de mètres de haut illuminés par le Soleil ras sur l'horizon, des morceaux de glaciers détachés du continent probablement posés sur les fonds marins relativement hauts dans la zone (200 - 300m). C'était la dernière nuit sur l'Astrolabe, et l'équipage avait annoncé une arrivée à DDU vers 8h.

 Pour l'instant, la bateau est en attente depuis minuit dans une zone d'eau libre et s'apprête à reprendre sa route. Le ciel s'est couvert, tout est gris, la glace entoure à vue d'œil le bâtiment, beaucoup plus que la veille. Un fine pellicule de glace se forme même sur l'eau libre. Un lever matinal s'imposait pour profiter des dernières heures du voyage. Manque de chance, à peine une demi-heure après avoir refait machine avant, les moteurs du bateau surchauffent ! L'anomalie nous bloque à nouveau, mais tout rentre dans l'ordre assez rapidement. Encore éblouis par la journée lumineuse passée la veille dans le pack (glaces dérivantes issues de la dislocation de la banquise), l'atmosphère est aujourd'hui beaucoup plus grise. Le bateau avance doucement au milieu des plaques de glace, qu'il contourne ou brise en morceaux suivant leur épaisseur. Le plafond nuageux est assez bas, nous offrant un paysage assez fantomatique, le sommet des icebergs d'un blanc éclatant se noyant dans les nuages. La visibilité réduit à vue d'œil et le bateau finit par se retrouver complètement dans le brouillard : le phénomène est très rare, et ce n'est vraiment pas le temps qu'on espère pour l'arrivée à DDU ! Le commandant fait donc progresser son bateau comme il peut presque à l'aveugle dans la pack, ce qui ne fait pas avancer l'heure d'arrivée.

 Finalement, les conditions s'améliore lentement. Le bateau est encore à une vingtaine de kilomètres, mais il avance lentement à cause de la glace, et doit faire des détours pour  chercher un chemin plus dégagé. L'impatience monte, les yeux regardent au loin. Ils y a toujours les immenses icebergs qui nous entourent, mais on finit par deviner à l'horizon une étendue qui est bien trop grande pour être un iceberg : c'est le continent. L'approche continue, lente. Le bateau explose maintenant sans détours les plaques de glace dérangeant parfois quelques manchots ou quelques phoques. Le paysage à l'horizon est magnifique : le ciel couvert au dessus de nos têtes y semble dégagé, des icebergs aux formes irréelles éclairés par cette lumière se partagent le paysage...

 Quelques jumelles sortent des poches, on scrute l'horizon. Des formes peu naturelles commencent à se distinguer. C'est la base ! Elle approche lentement, le bateau semble à l'arrêt. Tout le monde est sur le balcon les yeux tantôt rivés sur l'horizon, tantôt juste en dessous car les matelots commencent à sortir les amarres des cales. Les bâtiments sont maintenant nettement reconnaissables, ça y est on y est ! Encore quelques dizaines de minutes et le bateau rentre dans le chenal du Lion. Beaucoup sont descendus pour nous accueillir, brandissant quelques banderoles de bienvenue. L'une d'entre elle réclame le courrier et des melons. Le cuisinier du bateau en lance un depuis un hublot, ramené au bord par un zodiac. Le fruit est rapidement découpé, partagé et avalés par nos prédécesseurs impatient de nous voir...


Depuis notre arrivée hier, c'est l'effervescence. Entre les nouveaux, les anciens, les personnes en transit pour les bases de Concordia et Mario Zuchelli, la base est une véritable fourmilière. J'ai eu peu de temps pour moi, bien occupé par les activités de passation de consignes et une ballade à la manchotière hier avant le mauvais temps prévu demain. Je vous avais laissé à Honk-Kong, bien des choses se sont passées depuis, de nombreuses photos en témoignent, à trier...! Je ne manquerai pas de vous raconter tout ça et la suite des évènements très vite !

IMG_3656