Cette fois, il n'y a plus le choix : il faut creuser ! Déjà lors de la rotation R1, l'Astrolabe avait dû s'arrêter devant 6 kilomètres de banquise. Après une récente tempête, l'eau libre a avancé, mais il y a encore du chemin avant de rejoindre l'île des Pétrels. Après un déchargement des passagers par hélicoptère, le bateau trace maintenant sa route dans notre banquise 2011 qui resiste au vent. La tâche semble finalement assez facile. Le navire recule, puis prend son élan pour briser les plaques de glace en morceaux.

Le séjour touche à sa fin : c'est l'heure des bagages et des derniers jours en Antarctique. Après une courte campagne océanographique, l'Astrolabe reviendra me chercher pour un retour à la civilisation...