Tombés par hasard sur ce blog, ou faisant partie de mes connaissances, bienvenue sur ce blog où vous pourrez suivre le fil de mes aventures en Antarctique qui se dérouleront à partir de décembre. Ce premier billet vous donne quelques explications sur le fonctionnement du blog, mais surtout des réponses aux questions de base : qui, où, comment, quand, pour( )quoi ?

Contrairement à la majorité des blogs, celui-ci ne suivra pas un ordre chronologique avec le billet le plus récent en tête. Plutôt qu'un journal, je préfère proposer un blog documentaire dont les billets seront classés par catégorie (voir colonne de gauche), afin que le lecteur puisse piocher parmi les billets d'un thème qui l'intéresse. Pour les lecteurs qui voudront suivre ce blog plus régulièrement sans tout relire du début, le flux RSS des messages (voir encore à gauche) judicieusement ajouté à la barre de favoris de son navigateur internet peut également permettre d'être informé de l'arrivée des nouvelles fraîches.

Toujours dans l'optique de réaliser un blog plutôt documentaire, celui-ci sera alimenté dès qu'il y aura quelquechose de suffisamment consistant à raconter, ou une belle photo à montrer. Pour les informations plus anecdotiques, les faits météo marquants, etc... ce blog est associé  à un compte Twitter (ben oui, faut bien se mettre à la page !), qu'on peut trouver ici. Il n'est pas nécessaire de s'inscrire pour le consulter (mais ça donne accès à plus de fonctionnalités), et là aussi on peut jouer avec le flux RSS.

 Les explications techniques étant données, passons maintenant aux questions de fond :

  • Qui ?

Jeune météorologue de 27 ans, originaire du Nord (le pays de ch'tis, pour ceux qui ne situeraient pas). A envie de faire de la météo depuis très longtemps, ça c'est fait. A aussi envie d'aller en Terre Adélie, depuis un peu moins longtemps peut être, quoique...

  • Où ?

En Terre-Adélie, sur la base française Dumont d'Urville, distante de 17000 km de la métropole. La Terre Adélie est la portion française de l'Antarctique située à 3000 km au sud de l'Australie. Elle compose - avec les disticts de Crozet, Kerguelen, Amsterdam-Saint-Paul, Iles Eparses - les Terres Au strales et Antarctiques Françaises (TAAF). Pour plus d'information sur ce sujet, consultez wikipédia ou le site officiel des TAAF.

  La base Dumont d'Urville (DDU pour les intimes) est installée sur l'île des Pétrels, à 5km du continent (Cap Prudhomme), au pied du glacier de l'Astrolabe. Les missions sur cette base sont organisées par l'IPEV, l'institut polaire français. Je n'ai pas besoin d'en dire plus, tout est dit sur son site internet.

 taaf_IPEV

  • Comment ?

Pour y aller, il faut prendre pas moins de 3 avions (Paris - Hong-Kong - Sydney - Hobart), puis le bateau (pendant 5 à 15 jours suivant l'état de la mer...). L'Astrolabe effectue 5 rotations de fin octobre à fin février entre Hobart et DDU. Lors de la première rotation, le bateau arrive rarement jusqu'à la base : un hélicoptère permet de faire les allers-retours. Le reste de l'année, la base est complètement isolée, prise dans la banquise.

  • Quand ?

Personnellement, je partirai par la deuxième rotation de l'Astrolabe, à savoir début décembre 2010. Retour en métropole début 2012 !

  • Pourquoi ?

Chaque année, en dehors de la période d'été où la base accueille une centaine de "campagnards d'été", entre 26 et 27 personnes hivernent (et pas hibernent !) à DDU. Le but initial est de faire avancer la science : des scientifiques poursuivent de nombreuses expériences dans le cadre de programmes de recherche. Mais pour pouvoir survivre dans ce milieu un peu hostile au premier abord, et surtout isolé pendant 9 mois, ces scientifiques sont accompagnés par des personnes indispensables : cuisinier, pâtissier, électriciens, plombier, chaudronnier, menuisier, mécaniciens, médecin,... Il y a aussi deux militaires qui se chargent des télécommunications (courrier, radio) et bien sûr... des météos ! Avec deux collègues, je serai chargé d'annoncer à tout ce petit monde le temps du lendemain, mais aussi de lancer chaque jour un ballon météo, et réaliser des observations nécessaires pour bien faire tourner les modèles numériques qui vous prévoient le temps en métropole !

  • Pour quoi ?

Au delà de ces aspects scientifiques et techniques, les hivernants qui partent si loin ont bien sûr dans le coin de leur tête l'idée qu'ils vont vivre une expérience peu commune sur le plan humain, au milieu d'un décor fantastique : tout le monde de peut pas se vanter de voir un iceberg par la fenêtre de sa chambre, et de croiser une famille de manchots en allant travailler !

Je n'en dirai pas plus pour l'instant, vous en saurez plus en suivant ce blog ! A bientôt pour la suite de l'aventure...