Il a beaucoup neigé ces derniers temps. Plusieurs jours mi-août apportant 50 cm à 1 m de neige sur la banquise, puis une autre tempête la semaine dernière en a encore apporté un peu plus, sans parler de la neige soufflée par le vent. Les congères caractéristiques de la base commencent à atteindre des hauteurs honorables (parfois jusqu'au toit du bâtiment qui l'a créée), et les passerelles sont encombrées à chaque fois de plus d'un à deux mètres de neige.

Ce week-end, une petite tempête a encore apporté un peu de neige, mais pas suffisamment pour contrecarrer l'effet du vent qui empêche la neige de se déposer sur la banquise. Il persiste donc des zones où la glace est apparente. A d'autres endroits plus protégés, le tapis de neige est encore épais. La neige qui reste gèle et devient portante, sauf à quelques endroits où le pied s'enfonce encore. Aux tous débuts, lorsqu'on marchait dans la neige fraîche et sèche, pas besoin de lever les genoux tellement la neige était légère : on pouvait marcher les pieds sous la surface de la neige.

La photo met en lumière, grâce aux reflets du Soleil, ce tapis de neige qui s'envole au vent, vers l'horizon.