L'extension de la banquise nous permet de découvrir de nouveaux horizons. En fait, de moins en moins, car la durée du jour n'est plus suffisante pour s'aventurer loin et longtemps. Mais ne serait-ce que 5 kilomètres de parcourus, ça change le paysage et ça dégourdit les jambes. Voici un coucher de Soleil sur les îlots Curie, à quelques kilomètres de la base.

Il y a une multitude de petites îles et îlots près de notre île, l'île des Pétrels. Déjà, nous avons nos îles voisines qui nous séparent du glacier, et que l'on connaît bien maintenant, depuis que l'accès en est autorisé (elles sont peuplés de nids d'oiseaux l'été), mais à plus grande distance, on trouve du plus petit îlot, visible uniquement par une bosse de glace sur la banquise (un ou deux de ces petits rochers doivent en fait être sous la surface de l'eau en été), à une île plus grande. En général, leur altitude est faible. Seule l'île Bernard est plus haute que l'île des Pétrels. On a donc vite fait d'y grimper, sauf si les embruns congelés qui entourent ces îles rendent l'accostage plus délicat. Sur la photo, les îlots Curie au coucher du Soleil, à quelques kilomètres de la base.