Alors qu'en métropole, les fleurs redonnent de la couleur aux arbres après l'hiver, notre printemps à nous, c'est la banquise qui s'étend. On attendait impatiemment d'avoir un peu plus d'espace que notre petite île. Déjà, l'ouverture partielle de la banquise il y a deux semaines était un bol d'air. Depuis hier, les piétons sont autorisés sur la jeune glace de mer dans un rayon d'un kilomètre, là même où la semaine dernière, la houle agitait sérieusement la surface de l'eau. La glace, dont j'avais montré la destruction par la tempête, s'est solidement reformée tout autour de l'île par quelques nuits et journées froides (-18°C la nuit). C'est un renouveau de pouvoir marcher sur du plat, sur de la glace bien homogène et lisse, de prendre du recul par rapport à l'île. On découvre le paysage sous un angle bien différent. Ca pourrait paraître ridicule mais ça change la vie !

Voici une vue de la base depuis la banquise. La dernière fois que l'on a profité de ce point de vue, c'était sur l'Astrolabe, le 15 décembre…