Le rythme s'accélère : cette semaine avait lieu le premier de mes stages préparatoires, une formation au lancement des sondes Ozone qui s'est déroulé à l'Observatoire de Haute-Provence. Dans le cadre du programme de recherche sur l'Ozone polaire, différentes mesures sont réalisées en continu à DDU (et ailleurs) : mesures Lidar, sondage par ballon, rayonnement UV-B. Ces mesures permettent de suivre l'évolution du trou dans la couche d'ozone qui se forme régulièrement au dessus de l'Antarctique à la sortie de l'hiver. Les températures très froides favorisent plus qu'ailleurs la destruction de l'ozone dans la stratosphère. Pas de panique, il ne s'agit pas d'un trou au sens propre, mais d'un amincissement de la couche à cet endroit, nous ne risquerons pas d'être irradiés sur place, même s'il faudra se protéger un peu plus du Soleil, la couche d'ozone filtrant moins bien le rayonnement UV.

Nous nous sommes donc retrouvé à l'OHP, avec mes deux futurs collègues météos, Bertrand et Mickaël, ainsi que Guillaume, le spécialiste Lidar de la TA 61. L'avantage de cet endroit sympathique est d'y voir mises en oeuvre toutes ces mesures au même endroit, ce qui est bien pratique pour la formation. Les responsables scientifiques du programme Ozone nous ont donc rappelés tout ce qu'il fallait savoir sur la couche d'Ozone et la formation du trou, puis sur les moyens de le mesurer. Nous en sommes donc vite venus aux travaux pratiques : côté météo, nous avons assisté à la préparation en détail, et au lancement du ballon de radiosondage Ozone. Il s'agit d'un ballon qui monte jusqu'à 30 km environ, auquel est suspendue une boîte en polystyrène qui aspire l'air extérieur, et mesure la quantité d'ozone sur toute la couche d'altitude. Voici le résultat en image :

IMG_0271

 

Nous aurons à effectuer ces lâchers régulièrement à DDU, notamment durant la période où le trou se forme, à partir de septembre.

Cela n'a finalement pas été bien compliqué par rapport à la maîtrise du Lidar qu'a dû acquérir Guillaume, le résultat n'en est pas moins impressionnant pour autant :

IMG_0027

La mesure Lidar consiste à envoyer un rayon laser vers le ciel (jusqu'à 100 km environ), une partie du rayon est retournée vers le sol par les composants de l'atmosphère. Grâce à un téléscope, on récupère la lumière redirigée vers le sol, et son analyse permet, entre autres, de connaître la quantité d'ozone à différentes altitudes.

Nous avons donc pu observer cet impressionnant rayon vert dans le ciel étoilé de la Provence. En parlant d'étoiles, il aurait été dommage de passer à l'Observatoire sans voir un téléscope grand format. Sur le site, de nombreuses coupoles sont éparpillées parmi les arbres, et la plus grand d'entre elles abrite le fameux téléscope d'1m93, et qui pèse 70 tonnes. 

IMG_0314  IMG_0343  IMG_0346

Prochain rendez-vous : stage météo (climatologie, radiosondage,...)